L’enfant qui ne fermait pas les yeux

De Frédérique Noa

Résumé

Avant que la nuit ne tombe… Regarder sous le lit.
Avant que la nuit ne tombe… Aligner un à un les jouets.
Avant que la nuit ne tombe… Ecouter la voix qui endort.
Avant que… La voix s’est enraillée.
Silence… La nuit tombe, l’enfant ne dort pas.
Naissent alors d’étranges créatures, qui disparaîtront avec le temps. Le temps de l’enfance, le temps d’une nuit, le temps d’un spectacle.

L’équipe

Mise en scène :  Pascal Contival et Jenny Lepage

Comédiens : Pascal Contival, Cécile Givernet, Jenny Lepage

Musique : Vincent Much

Scénographie et Affiche : Jessica Shapiro

Pourquoi cette pièce ?

« L’enfant qui ne fermait pas les yeux », tendre, cruel et drôle, témoigne dans son étrangeté d’une dimension poétique proche de l’univers de Tim Burton. Il s’adresse à un public à partir de six ans.

La peur de l’obscurité est certainement une des frayeurs les plus banales de l’enfant. Quant au sommeil – comparé à un voyage vers l’inconnu où l’on s’aventure seul – il est bien souvent source d’appréhension. Se glisser dans le lit, c’est attendre sur le quai le train du sommeil. Dans cet espace temps, sur l’écran noir de la nuit, nos angoisses se projettent.

« L’enfant qui ne fermait pas les yeux » parle de ce moment où le jour cède la place à la nuit et où l’enfant fait naitre de son environnement un monde imaginaire.

Les bruits, les ombres et même les objets les plus familiers deviennent alors menaçants… Pourtant ils ne sont qu’ombre et marionnette scie musicale ou machine à tonnerre.

Marionnettistes et musiciens créent à vue cet univers drole et inquiétant. Les personnages fantasmagoriques apparaissent et disparaissent sous le regard complice du public.

Critique lamuse.net, décembre 2007

« Vous appréciez le théâtre contemporain, les mises en scène dépouillées, emmenez vos enfants décourvir la première création de cette compagnie, c’est du travail aussi intelligent qu’inventif ! (…) Un beau texte surement construit à partir de phrases d’enfants, une réelle créativité artistique avec des marionnettes étonnantes et du théâtre d’ombres (…) la musique est parfaitement accordée aux gestes des marionnettistes, c’est vraiment un élément essentiel et fascinant! »